Accueil du site > Brèves > Allez, on s’y met tous ?

Allez, on s’y met tous ?

samedi 17 septembre 2011

La farce de l’ancien Président qui perd la mémoire chaque fois qu’il doit passer en procès se poursuit. Mais sa petite femme a toute sa tête. Elle avait remporté des élections en Corrèze. D’une seule voix certes, mais d’une voix tout de même. Et puis voici qu’on apprend que, dans un des bureaux de vote, sur 48 inscrits, 49 personnes avaient voté. Au lieu de se féliciter de ce score remarquable (plus de 102 % des voix !), au lieu de saluer le civisme des habitants de ce village, des esprits chagrins ont dénoncé une tricherie. A cause de cette petite « erreur » de rien du tout, le scrutin vient d’être annulé. Comme le tricheur (ou la tricheuse) n’a pu être trouvé, ce sont les mêmes candidats qui se représentent. On prend les mêmes et le spectacle continue… un spectacle qui, sur le plan médiatique, se donne de moins en moins la peine du minimum de crédibilité. On a pu voir il n’y a pas si longtemps sur TF1 un témoignage totalement bidonné. La témoin en question, une sorte de pauvre usagère, une mère de famille au bord de la crise de nerf à cause des ses enfants qui « font que des bêtises » vantait les mesures répressives prises à l’encontre des jeunes par le président de son Conseil général. Histoire de bien ancrer dans les esprits la politique sécuritaire. Or, la témoin en question, loin d’être le personnage qu’elle jouait devant les caméras, était en fait une des responsables de la communication de ce même Conseil général. C’est de l’escroquerie caractérisée, ou je me trompe  ?

Guéant, de son côté, relève les objectifs de reconduites à la frontière. Les élections sont proches. Peu importe la souffrance des femmes et des hommes. Il faut séduire les plus bas instincts. Tant pis pour les roms. Un préfet de Sarkozy peut ordonner de les « déporter » à 100 kms de là ou ils habitaient... en tramway et en RER réquisitionnés à la RATP. Une technique pas très légale, pas légale du tout même. Pas plus que l’espionnage, par des services d’Etat, d’un journaliste (du Monde) pour découvrir ses sources sur l’affaire Bettencourt. Et alors ? Manifestement quant on est au pouvoir, la loi c’est fait pour être violé !

Cette histoire de roms dans des wagons, ça rappelle de sales souvenirs, et ça donne froid dans le dos. Comme la violence judiciaire qui se déchaîne contre les révoltés d’Angleterre. Comme les dizaines de Norvégiens assassinés par une brute fasciste. Comme les millions d’Africains torturés tout l’été par la faim, comme les milliers qui en ont déjà crevé.

Et pendant ce temps, pour en revenir à la France, le chômage augmente, les salaires sont en berne et les prix en hausse (plus de 20 % pour le gaz et plus de 6 % pour l’électricité). On nous étrangle par petites saccades, en nous promettant pire pour demain.

Il faut être aveugle pour ne pas le voir : derrière tous les discours politico-économiques, la réalité c’est pour nous la répression et la misère, pour eux les fastes de la vie de château, les avions privés et les soirées de luxe.

Les élections n’y changeront rien. Il suffit de regarder en Grèce, en Espagne, en Norvège… Quelle que soit la couleur du gouvernement en place, les lignes de force suivies sont les mêmes. Et ce sera comme ça tant que nous ne nous serons pas débarrassés de la « cinquième colonne » (celle constituée par les partis et syndicats qui se disent à nos côtés pour mieux nous faire avaler la politique du Pouvoir). Tant que nous n’aurons pas débarrassé nos têtes de l’idéologie capitaliste, étatique, autoritaire. Ce sera comme ça tant que nous ne nous serons pas résolus à prendre nos affaires en main. Allez, on s’y met tous ?

Editorial d’Anarchosyndicalisme ! n°125

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Visiteurs connectés : 3

';